Test de Yakuza 3, show me your tatoo !

Publié le par PsEuDoLeSs

Véritable série a succès au Japon, les Ryu ga Gotoku (renommés Yakuza pour l’occident) ont toujours eu du mal à s’implanter ailleurs qu’au pays du soleil levant. Après 2 opus sur Playstation 2 voila que Yakuza 3 débarque sur Playstation 3. Une suite directe marquant le passage de la série à la HD, mais qui débarque dans nos contrées avec un an et demi de retard.



yakuza3.0


Vis ma vie d'ex yakuza gérant d'orphelinat :


La trame de ce Yakuza 3 est la suite directe de Yakuza 2 et 1. Un scénario et des personnages étalés sur 3 épisodes qui perdront a n’en pas douter les nouveaux arrivants. Heureusement que les gens de chez SEGA ont pensé à ça en incluant divers résumés des épisodes précédents. Spoil ou délicate attention, ce sera au joueur de se faire son avis là-dessus. Vous incarnez donc toujours Kiryu Kazuma, ancien leader yakuza aujourd’hui à la retraite et gérant d’un orphelinat sur les plages d’Okinawa. Mais rapidement, la menace de voir votre petit coin de paradis démanteler va de nouveau plonger Kazuma dans des histoires incroyables. Le forçant à renfiler son costard ainsi que retourner à Tokyo, dans le fameux (et fictif) quartier de Kamurocho.

Il est bien évident que derrière la simple menace qui pèse sur l’orphelinat, se cache un tout un complot, que je laisse au joueur le plaisir de découvrir, mais qui agacera peut-être certain de part une narration lente et douloureuse.


yakuza3.1


Lan Di vs Niko Bellic :


Car si Yakuza emprunte autant à GTA qu’a Shenmue, c’est bien de ce dernier qu’il récupère le système de narration. Lent et poussif, l’aventure ne se décante pas avant plusieurs heures, où Kazuma (donc vous) s’occupe des petits problèmes de ses orphelins. Didacticiel déguisé ou introduction lourdingue le choix est difficile. La patience est de mise. De toute façon vu que les fans occidentaux de Yakuza doivent toujours attendre pour y jouer, admettons que les fans de la première heure ont l’habitude. Les petits nouveaux eux sont prévenus.
Et puisque l’on aborde les choses qui fâchent, autant continuer là-dessus.
 

Visuellement, si les cinématiques s’en sortent encore pas mal (notamment avec des modélisations des visages convaincantes) le jeu en lui-même pèche invariablement. Bien que le jeu soit sorti chez nous il y a peu, cela fait un an et demi que les Japonais ont mis la main dessus. La suite sortait même chez eux au même moment, et à l’heure ou ces lignes sont écrites le numéro 5 est annoncé. Parions que nous joueurs occidentaux n’auront pas Yakuza 4 avant 2011 (18 mars 2011). Ce retard est frappant, surtout quand on compare avec un certain God of War 3, sortie quelques mois après. Le jeu n’est pas laid, mais est techniquement très faible. On remonte le temps jusqu’aux jeux « next gen » de première génération. Mais malgré ces carences, le jeu arrive tout de même à nous plonger dans l’ambiance noir et violente typique yakuza. 
 

yakuza3.2


Des écueils très génants :


Autre point noir, la localisation. Avec plus d’un an de retard, on aurait pu croire à un sous-titrage français. Il n’en est rien et les anglophobes détaleront à toute vitesse. Pire ; le jeu n’est pas intégralement doublé. Si vous aurez de belles voix japonaises durant les cinématiques, la plupart du temps ce sera des lignes de textes défilant au rythme d’un son énervant. Syndrome Nintendo et ses voix énervante (je ne suis pas anti-Nintendo, c’est un constat tout simplement).

Jamais deux sans trois ; voici le troisième sujet qui fâche à propos de ce Yakuza 3. Les coupes qui ont été opérés entre la version originale et occidentale. Je dis bien coupe, pas censure. On aurait pu croire à la censure quand on a appris que les bars à hôtesses seront exclusif à la version japonaise, seulement les bars ont été suivit de l’ablation du shogi et du mahjong et de scénarios annexes relatif à ces endroits. Et là vous vous dites que les joueurs occidentaux sont pris pour des andouilles. Comment oser sortir un jeu qui prône la culture japonaise (avec ses karaokés et ses salles d’arcade) en amputant une partie de ce qui fait le charme de ce pays. Sous prétexte, en plus, que cela n’appartient pas à la culture des joueurs européens et américains.
Grosse erreur de SEGA qui se tire une balle dans le pied, et dans le plus gros point fort du jeu. L’immersion, l’impression de voyage et la liberté d’action. Car il reste pas mal de choses à faire malgré ces coupes ; on regrettera que ces « choses » soit plus américaine que japonaise (bowling, poker, base-ball). Pour faire passer la pilule, SEGA à sortit Yakuza 3 en version collector uniquement (au prix d’un jeu normal). Comprenez donc que vous aurez droit à la bande originale du jeu (sympathique mais pas mémorable) ainsi qu’a de nombreux contenu additionnel gratuit. Des bonus sans grand intérêt qui ne feront pas oublier la bourde de SEGA.



yakuza3.4


Bilan mitigé mais :


Malgré tout. Yakuza 3 reste un jeu fort sympathique. Hélas trop peu innovant par rapport aux opus précédents. Si les combats sont toujours aussi jouissifs que violents, les animations commencent à datées. Même constat pour ce qui est de la liberté d’action. Plein de chose à faire d’un côté, mais la présence de murs invisibles bloquant une rue font vraiment taches. La centaine de quêtes, la customisation des armes et les stands de jeux offrent une durée de vie très acceptable, mais aussi un léger sentiment de répétitivité. Par exemple ; si les scénarios des quêtes annexes sont divers et variés, il suffira la plupart du temps de mettre une bonne volée à ceux qui se présenteront devant vous. Drôle au début mais vite redondant, surtout que Kazuma à la fâcheuse habitude de se faire accoster tous les dix mètres par des voyous en mal d’argent. 

 



yakuza3.3
 

 

Console : Playstation 3 
Editeur : SEGA
Développeur : SEGA
Genre : Action
Mode de jeu : solo uniquement
 

 
Avis de PsEuDoLeSs sur Yakuza 3 :

 

 

Au final : 15/20

 

 

 

On pourrait résumer Yakuza 3 de la façon suivante. Un jeu « old-gen » en HD. C’est un peu méchant mais c’est hélas le cas. C’est même la première chose que le joueur remarquera. Rempli de défaut et de polémique, cet épisode de Yakuza comblera probablement les fans de la première heure. Ainsi que les joueurs qui souhaiteraient partir au Japon pour pas cher. Pas trop regardant sur la technique, pas allergique à l’anglais et patient. Voila bien là les qualités requises pour apprécier Yakuza 3. Certain n’aimeront pas le visage froid et figé de Kazuma, d’autre s’en amuseront. En voyant ce grand gaillard cantonné a cette expression quelque soit les circonstances, cela donne un côté « je m’en foutiste » au héros qui n’hésitera pas trente secondes plus tard ; à massacrer cinq voyous contre des barrières ou bien à l’aide d’un vélo.

 

yakuza3.5

 



" Un titre moyen, mais sympathique pour tout fan du Japon "

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article