Test de Dead Space 2 :

Publié le par PsEuDoLeSs

Sensation étrange, Dead Space 2 ... la suite de Dead Space. Jusque là rien de surprenant. Ce n'est pas parce qu'il s'agit là de la suite d'un des seuls véritable survival horror next-gen et que, par la même occasion, cette suite était attendue au tournant, que j'éprouve une sensation étrange. C'est parce que son ainée était le tout premier jeu dont j'ai fait le test par écrit, c'est avec lui que je me suis lancé dans l'exercice de la critique écrite, du coup cela me fait donc prendre conscience que cela fait déjà un petit moment. Pas tout à fait 2 ans (puisque Dead Space était sorti en 2008), mais une bonne année tout de même. Je me prépare donc à enfiler le costume d'Isaac Clarke une nouvelle fois.

Deadspace2.0


Je suis ingénieur informaticien :


Pour ce qui n'auraient pas joué à Dead Space premier du nom, déjà laissez moi vous dire que vous devriez courir vous le procurez plutôt que de lire ceci. Toujours là ? Bon ... petit topo sur la situation (si ça spoil tant pis pour vous). Isaac Clarke, ingénieur, est parvenu à s'échapper de l'USG ishimura (brise surface, bla bla, pour plus de précision je vous renvoie à ma critique de Dead Space number one) où il a subi une expérience avec une relique alien plutôt éprouvante. Isaac se réveille après trois ans de sommeil sur la Méduse, une cité humaine bâtie sur Titan, une lune de Saturne. Très vite, la situation va dégénérée avec le retour des necromorphs, ces parasites aliens utilisant les cadavres bien connus de notre héros ingénieur. Il va donc falloir survivre une fois de plus, croiser des survivants, endiguer l'invasion necromorphs et si possible, détruire la source du mal, bref le lot quotidien d'un simple technicien de réparation spatiale.


Deadspace2.4

Un scénario convenu :


D'un point de vue scénaristique, Dead Space 2 essaie d'offrir une intrigue plus consistante sans véritablement y arriver. A l'image de son héros. En effet Isaac a gagné une voix depuis l'épisode précédent, son aphonie avait été reproché et si le fait qu'Isaac puisse parler est une bonne chose, on a au final la sensation qu'il parle trop et que tout cela casse la sensation de solitude et d'oppression. Même reproche pour ce qui est des très (trop) nombreux moments où Isaac est à visage découvert, cela donne lieu à une animation sympa de mise de casque tout en sapant un certain charme mystérieux qu'avait Isaac dans le premier. Autre petit reproche sur l'histoire, les protagonistes rencontrés au cours de l'aventure sont pratiquement tous inférieurs à ceux du premier opus. De la même façon que la parole d'Isaac, ces visions auraient pu être mieux menées. L'ajout d'hallucinations est logique est convenue, n'empêche que durant la plupart de ces dernières, vous pouvez continuer de vous déplacer. Ce qui atténue grandement l'impact sur la psyché d'Isaac et, du coup, la compassion du joueur pour le calvaire de son personnage. Alors je critique, je critique, n'empêche que l'univers et tout ce qu'il englobe reste toujours aussi attractif, du coup on ne rechigne aucunement à poursuivre sa lutte ; mais l'écriture et la mise en scène passive (c.a.d les scènes de dialogue) aurait pu être l'objet d'un soin plus important.


Deadspace2.2

Le même, mais en mieu :


Question gameplay rien de bien neuf par rapport au premier volet. Dead Space 2 se joue comme son ainé, à la troisième personne avec caméra à l'épaule lors des phases de shoot façon Resident Evil 4. Pas de HUD à l'écran, tout est toujours incorporé sur Isaac (barre de vie en colonne vertébrale etc.). On retrouve donc tout ce qui a fait de Dead Space un excellent survival dans l'espace, la gestion du stock, l'argent, les démembrements, la stase pour ralentir les ennemis etc.  Petite différence, les séquences sans gravité ont quelques peu évoluées, là où le premier ne permettait que des saut d'un point A à un point B, celles de Dead Space 2 vous offre la possibilité d'évoluer comme bon vous semble et de vous retourner la tête. En bonne suite qu'elle est, on note bien entendu l'ajout d'armes et de monstres et force est de reconnaître que tous ses ajouts sont tous très bon sans exception. Le lance javelot qui permet d'empaler un monstre au mur (seul  écart, le fusil sniper qui n'a aucune raison d'être présent), la possibilité d'utiliser les griffes des monstres comme arme grâce à la télékinésie (traditionnellement employée pour la maintenance et le déplacement de matériel dans l'espace), le monstre baptisé "la meute" (un enfant necromorph fragile, mais toujours par paquet de quinze), la décompréssurisation et bien d'autre. De bons ajouts, sur une base déjà grandiose pour un résultat superbe.


Deadspace2.3


En apesanteuuuur !

Superbe, c'est aussi le mot qui vient lorsque l'on évoque la réalisation de ce Dead Space 2. Là encore, le titre de Visceral Games se pose en digne successeur avec une technique solide et un design toujours aussi convainquant. Cette suite offre tout de même un éventail de couleur plus conséquent (à l'image de la plus grande diversité de lieux visités) évitant d'avoir l'impression d'errer dans une multitude de couloirs identiques. Toutefois, on note une légère présence d'aliasing, surtout concernant les ombres. Un petit bémol qui n'entrave pas la réussite visuelle du titre, mais qui est tout de même présent. Autre reproche, cette fois-ci plus personnel, l'aventure Dead Space 2 offre moins de moment de contemplation spatiale. Je ne critique pas le rythme du jeu (ça c'est pour juste après), je parle de ces moments où l'on s'arrête en pleine horreur pour admirer l'espace froid et ses planètes.
L'occasion donc de glisser mon mot sur le rythme du jeu. On s'en douté depuis les premières images et vidéos, Dead Space 2 se veut un peu plus porté sur l'action que son prédécesseur. Ce qui semble logique pour deux raisons, d'une façon externe pour attirer un peu plus de monde et d'une autre ,plus interne au jeu, vu qu'Isaac a déjà eu affaire aux necromorphs et le fait de renquiller pour un tour a de quoi énerver . Attention tout de même, le jeu n'est pas devenu un Resident Evil 5 dans l'espace. Loin de là, si on note plus de moment où les monstres surgissent de partout, il y a aussi de longues minutes sans coup de feu, où le joueur est seul face aux bruits étranges. Au final, il n'y a que le second tier du jeu qui vire un peu trop souvent au bourrinage, le reste reste dans la veine du premier avec plus de variété dans les situations, un plus bien appréciable.


C'est dans ces moments de solitude intense que l'on prend conscience que l'ambiance sonore du titre est toujours aussi soignée. Un aspect important dans le jeu-vidéo, mais encore plus dans un survival. Car c'est l'ambiance sonore qui permet d'amener le joueur dans l'angoisse sans même avoir recours à un monstre. Tout comme Dead Space et Dante's Inferno, Dead Space 2 fait montre du savoir faire de Visceral en ce qui concerne l'ambiance sonore et visuelle. Petite précision qui a son importance, le jeu est intégralement doublé en français, un doublage vraiment convainquant à l'instar du premier opus. De ce point de vue là encore Dead Space 2 emboîte le pas de son grand-frère. Pour ce qui est de la durée de vie, comptait 8-9 heures pour terminer l'aventure solo en mode de difficulté normale. Sachant que le jeu en propose trois supérieurs (dont un mode "fou furieux" proposant zéro checkpoint, des ennemis rotors et trois sauvegardes) ainsi qu'un mode new game + permettant de recommencer l'aventure avec son inventaire de la partie précédente (arme boostées, soins, armures ...). Autant dire que si l'aventure est d'une durée de vie tout juste passable, les offres alléchantes on de quoi gonfler le chiffre. D'autant que le jeu réserve encore quelques surprises.


Deadspace2.1

Plus on est de fous ?


En effet, ce Dead Space 2 prend le risque de proposer un mode multijoueur en ligne. Un pari risqué que beaucoup ont essayé, mais que peu ont remporté. D'autant que le fait que le jeu dispose du online pass (un code contenu dans la boîte qui débloque le multi, du coup si vous achetez le jeu d'occasion vous pouvez faire une croix dessus a moins d'une participation pécuniaire supplémentaire). S'il est relativement sommaire avec son faible nombre de map et de contenu (que des DLC viendront sans nul doute compléter), le mode multi se révèle sympathique. Se composant d'un deathmatch à objectif en équipe de quatre humain contre quatre necromorphs jouissant d'un gameplay solide. On se surprend à enquiller les parties consécutives. Bien entendu, pas de quoi passer un nombre incalculable de nuits blanches, mais tout de même. Les plus friands de ce mode auront de quoi faire avec pas mal de bonus à débloquer au fur et à mesure que votre niveau augmente (gain d'xp avec les victimes, les objectifs, bref le truc classique). Les autres y verront un moyen de rester dans l'univers Dead Space sans pour autant rester tout seul dans l'espace. Si toutefois vous vous procurez le jeu d'occasion, il ne vaut peut-être pas forcément le coup de vous procurer le online pass. Autre feautre, cette fois pour les possesseurs de la version PS3. Sachez que le très sympathique Dead Space Extraction, le shoot sur rail à ambiance sorti sur Wii est ici disponible en HD et jouable au Playstation Move et qu'il propose en bonus les web-épiisodes issues du comics inédit en France. Un autre excellent moyen de prolonger l'expérience Dead Space.

 



Console : Xbox 360 (existe aussi sur PS3 et PC)
Editeur : Electronic Arts
Devloppeur : Visceral Games
Genre : Survival Horror
Mode de jeu : Aventure solo + 2 à 8 joueur en ligne

 

L'avis de PsEuDoLeSs sur Dead Space 2 :

 

Au final : 17/20



Dead Space avait su frapper très fort dans le monde du survival horror, sa suite Dead Space 2 déséquilibre un peu la balance angoisse/action en tendant vers le second plateau (surtout dernier tier du jeu), mais reste tout de même un très très bon jeu. Si la plupart des scriptes de flippe sont déjà-vu, ils n'en sont pas moins efficaces et la plus grande diversité de cet opus propose pas mal de situations efficaces. Supérieur en de très nombreux points au premier Dead Space (même s'il possède aussi ses défauts) et bénéficiant des bases solides du premier opus. Dead Space 2, sans être le hit de toute une décennie, fait tout de même partie des grands jeux de ce début d'année 2011. Une claque technique et sonore diablement prenante et attachante pour une licence du feu de Dieu.

   

Deadspace2.5



" Une suite d'excellente facture "

Publié dans Test

Commenter cet article

mariomario 03/02/2011 18:08



c'est bien décortiqué, bien construit, un très bon test ! 


 



batto 03/02/2011 16:43



Bon test et amusante l'image a la fin...