Tenue verte obligatoire pour le test de Zelda: A Link to the Past

Publié le par Soichiro-damma

 


 

The legend of Zelda est sans conteste l'un des jeux qui fit le succès de la NES. Avec ce jeu légendaire Nintendo posa les bases du genre action-aventure. Pourtant, après un certain Zelda II à l'orientation singulière, avec des phases plateforme et un côté plus RPG qui déçut les fan de la première heure, Big N se devait de nous gratifier d'un opus à l'image de sa nouvelle console la légendaire Super Nintendo (ou Super Famicom au Japon).

The-Lengend-Of-Zelda A-Link-To-The-Past
 


Au programme sauvetage de princesse, exploration de donjon et univers parallèle.

 


Le jeune Link vivant chez son oncle voit sa vie paisible brisée. Par une nuit d'orage particulièrement virulente, la princesse Zelda entre en communication avec lui par le biais de ses rêves et par une télépathie dont elle a le secret. Le magicien Aghanim, jadis sauveur du monde d'Hyrule, renverse le roi, capture la princesse ainsi que d'autres jeunes filles qui se révéleront vite être les descendantes des sept sages, dans l'unique but de faire sienne la terre d'or. Notre Elf (parce que, oui, Link est un elf, il y en a de plus en plus dans nos rues, faites attention ma bonne dame) devra les sauver, non pas par amour, mais par devoir, rien que ça.


Évidemment pour parvenir à ses fins, notre héros à la tenue verte devra récupérer Excalibur l'épée légendaire, seule capable de repousser les forces du mal, qui  n'est accessible, et je vous laisse le deviner, qu'au héro qui détient les trois pendentifs magiques, c'est-à-dire Link. La première partie du jeu consiste donc à rechercher et obtenir les trois artefacts ainsi que la lame ancestrale. Mais après une suite d'évènements plus ou moins prévisibles et un retournement de situation digne des meilleurs films  de Chuck Norris, Link aura pour tâche de sauver les descendantes des sept sages pour enfin battre le vrai méchant du jeu, sauver le monde d'Hyrule et blablabla. Vous l'aurez compris comme dans la plupart des jeux made in Nintendo le scénario est d'un classicisme frustrant. Bien que l'univers soit sympathique, n'oublions pas de le préciser.

 

 

the-legend-of-zelda-a-link-to-the-past-wii-009

Une quête sur des bases solides. 

 

 

Pour suivre sa destinée, Link devra évoluer non pas sur une unique map comme ce fut le cas pour les précédents épisodes de la série, mais belle et bien dans un monde scindé en deux versions : l'une de lumière et l'autre de ténèbre dont l'on peut à tout moment passer de l'un à l'autre au moyen de portails puis d'un miroir. Bien entendu les actions perpétués dans un monde auront un impact sur l'autre et pour évoluer pleinement dans l'aventure il faudra savoir jongler entre les deux univers. Cette idée de gameplay est totalement révolutionnaire pour l'époque pour preuve elle sera reprise plusieurs fois dans la série avec l'exploration du temps dans Ocarina of Time et le retour du combo lumières/ténèbres du côté de Twilight Princesse. Pour le reste la jouabilité reste calée sur celle du premier épisode, mais avec des changements et des évolutions bienvenues.

Le joueur évolue au moyen d'une vue de dessus en 2d dimensions particulièrement bien faite. Un bouton servira à attaquer grâce à l'épée et l'autre permettra d'utiliser un objet assigné depuis l'inventaire accessible au moyen de la touche select, d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi le jeu n'utilise que deux des quatre boutons principaux de la manette Snes et donc qui permettraient de sélectionner trois objets au lieu d'un seul comme c'est ce sera le cas dans les opus 3d.

 

 

the-legend-of-zelda-a-link-to-the-past-wii-021

Pour un donjon fini, un item offert.

 

 

Pour progresser dans son aventure le joueur explorera des donjons à la difficulté progressive et toujours bien dosé. L'exploration des donjon suit toujours le même schéma : d'abord il sera question de récupérer la carte et la boussole permettant respectivement de se repérer dans l'édifice et de savoir où se trouve le boss. Ensuite il faudra mettre la main sur l'item caché permettant de venir à bout des pièges et d'atteindre le boss, que l'on battra  au moyen de l'objet récupéré précédemment. 

 De ce point de vue
le jeu est très fourni puisque le nombre d'objet mis à la disposition du joueur est assez conséquent avec entre autres les bombes, l'arc, un boomerang, un bâton magique et une pléthore de choses diverses et varié. De même le nombre de donjon est plus que raisonnable et vous promet des heures d'explorations et de résolutions d'énigmes tordus.
the-legend-of-zelda-a-link-to-the-past-wii-086



D'ailleurs c'est à l'image du jeu qui est long, varier et peaufiné dans les moindres détails et obtenir tous les objets comme les quarts de coeur permettant d'augmenter la vie du joueur ou encore les sacs de bombes vous promet de visiter et revisiter le monde varier d'Hyrule. En somme on peut sans trop se mouiller dire que la durée de vie est plus que conséquente.

 

 

the-legend-of-zelda-a-link-to-the-past-wii-081

Pas besoin de lifting quand l'on ne vieillie pas.

 

 

Le jeu fait donc preuve d'une grande richesse, mais le plan technique tien-t-il la route ? Il faut se l'avouer contrairement à beaucoup de jeu de cette époque celui-ci ne fera pas dans la surenchère d'effets divers et varié pour en mettre plein la vue au pauvre petit être humain devant sa télévision. Et c'est justement une grande qualité, en effet grâce à des graphismes simples et cartoonesques que ce jeu fait partie des rares oeuvre vidéo-ludique qui ne vieillie pas ou très peut avec le temps, même aujourd'hui il reste très agréable à regarder : les animations sont fluides bien qu'un peut en manque de variété et en plus le framerate ne bouge jamais chose pas forcement évident au début de la Super Nintendo. 

Enfin je pense que le simple de nom de Koji Kondo me permettra de vous faire comprendre que le rendus sonore est exceptionnel d'autant que la console de Nintendo est connue pour son rendue sonore bien supérieur à la concurrence. Bref le risque pour vous ne sera pas de ne pas apprécier les différents thèmes du jeu, mais de les avoir en têtes pendant 20 ans au bas mot.

 

 

L'avis de Soichiro :

 

 

19/20


 

 L'Interré du rétro:

 

 

5/5
 

the-legend-of-zelda-a-link-to-the-past-wii-043

The legend of Zelda: A link to the past est un jeu intemporel qui fit le succès de la Super Nintendo, en arrivant à un niveau encore trop rarement égaler. Vous l'aurez compris ce jeu est à posséder absolument pour toute personne qui se réclame être un gamer.  

 

 

"Plus qu'un simple jeu, c'est une œuvre d'art."

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus. 

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soichiro-damma 16/12/2010 10:26



C'est plutot le jeu que tu aime pas l'article, je n'est fait que mettre des mots sur des ressentis. Mais c'est grâce à des reactions comme la tienne que je peux dire que ce jeu merite bien la
note que je lui est attribué. Je te remercie pour ce compliment au sujet du vieux design mais celui-ci est quand même sacrement mieu grace au travail de Slack.



Emilie 15/12/2010 22:54



J'adore cet article !!! *o* Moi une fan incontestable de Zelda dont il ne manque que 2 versions pour toutes les avoirs, naaaan pas du tout. xD

Jamais bien l'ancien design du blog mais celui ci est sympathique aussi. ^^



Soichiro-damma 13/12/2010 18:32



Héhé je suis content que mon avis soit partagé. Pour ce qui est du design il faut remercier Slack



Mario Mario 13/12/2010 15:44



un jeu intemporel ! 


il est bien ton nouveau design avec les titres blancs dans blocs noirs, ça rend bien