Dark sector arrive dans un test sombre et contaminé

Publié le par PsEuDoLeSs

Après Gears of War, les jeux d'action à la troisième personne ont connu un gain d'énergie pharamineux. Bon nombre de titres par la suite ont repris le système de couverture et l'effet caméra lors du sprint avec plus ou moins de réussite. C'est le cas de Dark Sector, jeu d'action piochant des éléments par ci par là pour étayer une base un peu light.




DarkSec.0



L'amère patrie :



Vous êtes Hayden Tenno, un agent secret parti en mission en Europe de l'Est afin de supprimer un dangereux savant russe qui aurait mis la main sur une terrible arme bactériologique durant la seconde guerre mondiale et qu'il testerait sur la population. C'est ainsi que le joueur débutera le jeu, le tout premier niveau étant donc cette fameuse mission où Hayden échouera en plus de se faire contaminer par le virus.

Transformé, Hayden survit et compte bien poursuivre celui qui lui a fait ça, ça tombe bien c'est le même celui que la mission lui ordonne de tuer.
Oui Hayden a quelque peu muté et son changement le plus notable est l'apparition d'une sorte de shuriken géant dans sa main droite, le glaive.



DarkSec.1


Gears of War + boomerang :




Le glaive est l'élément de gameplay principal, il est une puissante arme de jet et de corps à corps, mais il sert également à la résolution de petites énigmes. Tranchant et multifonction, le glaive peut être lancé sur les ennemis d'une simple pression d'une touche. Il peut aussi s'avérer utile pour ramasser des armes si vous venez à manquer de munitions et que vous ne pourriez pas vraiment sortir sous un déluge de balles. Si au départ le glaive ne possède pas plus d'utilités, il gagnera en puissance à mesure que Hayden est de plus en plus contaminé par le virus. Esuite, a vous les joies du guidage manuel pour couper le membre de votre choix (oui le jeu est gore) ou pour exécuter des décapitations après un ricochet sur un mur (difficile, mais hyper classe), il sera ensuite possible d'envoyer le glaive dans une source électrique pour améliorer votre arme temporairement (ce qui permettra d'électrocuter les ennemis ou remettre en marche des générateurs). Plusieurs éléments seront ainsi déblocables au fil de l'aventure pour améliorer votre glaive chéri qui sera votre meilleur ami dans Dark Sector.

Bien-sûr on en oublierait presque de parler de celui qui tient le glaive. Hayden, avec son charisme très maladroit, dispose de la palette désormais classique de héros de jeu de tir à la troisième personne. Se mettre à couvert, utiliser des armes à feu ou des grenades, faire des roulades etc. A mesure que son infection avance (en même temps que vous avancerez dans les chapitres) il gagnera aussi quelques petits pouvoirs bien sympathiques qu'il serait dommage de dévoiler ici (bon allez un seul, il pourra devenir brièvement invisible). Une montée en puissance bien amenée et logique qui offre toujours quelque chose de nouveau au joueur afin de relancer l'intérêt d'un jeu qui souffre rapidement d'une certaine redondance.



DarkSec.4



Trop de glaive tue le glaive :




J'ai parlé tout à l'heure de la possibilité de ramasser des armes à l'aide du glaive tout en étant gentiment planqué ; je n'ai par contre pas évoqué la faible durée de vie de ces armes. Le contexte du jeu étant un cas d'infection, vos ennemis habillés en tenues anti-radiation ont cru bon d'inclure un système de reconnaissance de contamination dans leurs armes. Ainsi il sera impossible de conserver une belle mitrailleuse plus de trois minutes. Une fois ramassée, il faut l'utiliser le plus possible.  Cette petite subtilité qui déclenche une petite furie chez le joueur qui veut faire un carton avant que son fusil lui claque dans les mains est sympathique, mais la surpuissance du glaive est telle que l'on utilisera qu'occasionnellement cette fonctionalité. Si vous préférez néanmoins un fusil au pistolet tout crevé dont dispose le héros, sachez qu'il est possible de collecter des roubles tout au long du jeu. Monnaie qui sera utilisable dans le marché noir (symbolisé par une plaque d'égout en surbrillance) afin de se payer diverses armes amputées du fameux système de reconnaissance de contamination. Une option qui aurait pu être utile si le glaive n'avez pas autant de puissance et d'importance et beaucoup feront le jeu armé du simple pistolet.



DarkSec.3


Y'a pas que le secteur qui est sombre :



Abordons maintenant les parties techniques du jeu. Il n'est en effet pas nécessaire d'expliquer plus sur le gameplay du titre puisque tout cela se joue comme un Gears of War ... le boomerang magique en plus. Graphiquement, Dark Sector propose une ambiance sympa, oscillant entre les ruines de Gears of War et les cimetières de Resident Evil 4. Par contre, on prend une méchante claque durant les cinématiques et cut scenes ; la proximité de la caméra révèle souvent des textures assez moches. On remarque aussi quelques problèmes d'animation par moment et une IA relativement pauvre.

D'un point de vue sonore, l'ambiance séduit, les musiques sont dans le ton sans forcément rester en mémoire. Un petit reproche sur les voix des ennemis qui surjouent la douleur, ok je pense qu'une jambe coupée ça fait mal, mais était-il obligatoire qu'ils hurlent tous pendant trente secondes. C'est pénible à force et surtout, si vous en amputez plusieurs d'un coup, l'impression de jouer contre une chorale est étrange. Gros reproche par contre au héros absolument pas charismatique.



DarkSec.2


Se taillader la tronche à plusieurs :



A noter, la présence d'un mode multijoueurs visant à augmenter un brin la durée de vie faiblarde du titre. S'il est amusant de pouvoir jouer les méchants en combi orange, on ne passera pas de folles nuits sur le mode online. On fera deux-trois parties pour faire un peu le tour (seulement 2 modes de jeu et 5 cartes) et on y touchera plus jamais. Pas que cela soit excessivement mauvais, mais tout comme le solo, la lassitude pointe le bout de son nez.


Console : Xbox360 (existe aussi sur PS3 et PC)
Editeur : D3 Publisher
Devloppeur : Digital Extremes
Genre : Action
Mode de jeu : solo + multijoueurs online

 

L'avis de PsEuDoLeSs sur Dark Sector:


14/20

  

 

 

Offrant une sorte de mélange entre Resident Evil 4 et Gears of War, Dak Sector devient un petit jeu d'action sans prétention assez sympa. Le glaive, qui est au centre du gameplay, se montre simple et efficace dans son maniement, mais sa trop grande importance lors des gun fight expose le manque de profondeur des armes à feu. Avec une réalisation technique plutôt solide (sauf lors des cinématiques), Dark Sector dispose d'un héros des plus anti-charismatique au look de membre d'un boys band sans âme. Le jeu souffre aussi d'une grande répétitivité et d'un manque de variété des ennemis et des situations, ainsi que d'un scénario très moyen, d'une bande son sympa, mais aucunement mémorable et d'une durée de vie tout aussi moyenne. Si le glaive n'avait pas été là, Dark Sector aurait perdu tout son fun, c'est véritablement le seul intérêt du jeu, car il apporte des fonctionnalités et du gore durant des phases d'action plaisantes.



DarkSec.5

"Le glaive salvateur réhausse le jeu "

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus. 

Publié dans Test

Commenter cet article