Le test de Majin and the Fosaken Kingdom, Team ICO es-tu là ?

Publié le par PsEuDoLeSs

Si je prononce le nom de Game Republic, cela dit quelque chose à quelqu'un ? Non ?! C'est pourtant à eux que l'on doit des jeux comme Le Choc des Titans (...) ou d'autres plus intéressants comme Folklore. C'est d'ailleurs plus de ce dernier que les développeurs se sont inspirés pour leur nouveau titre (ouf) : Majin and the forsaken Kingdom. Doit on l'oublier lui aussi ?

Maj.0


C'est toi le gros, c'est moi le petit ...


Sous ses airs de conte, Majin and the Forsaken Kingdom narre l'histoire d'un jeune voleur capable de parler aux animaux qui tente d'échapper à d'étranges ténèbres qui étendent leur influence sur tout le pays, ravageant tout sur son passage. Dans sa fuite, il croisera la route du Majin, une créature mystique gardienne de l'équilibre du monde, aujourd'hui retenue prisonnière par les ténèbres. Une fois libre, le duo se mettra en quête de débarrasser le pays de l'influence néfaste des ténèbres ; mais pour ce faire, il va falloir que le Majin retrouve ses pouvoirs, sa mémoire et sa puissance ayant disparus durant sa détention, afin d'être suffisamment puissant pour se débarrasser des ennemis sombres du royaume.

Majin and the Forsaken Kingdom s'apparente à un jeu d'action/aventure où le joueur est sans cesse accompagné d'un personnage non joueur qui l'épaulera dans son aventure. Un duo qui s'inspire d'ICO et que l'on a déjà retrouvé dans des jeux comme le contesté Prince of Persia de 2008, où le prince était suivi d'un ange gardien qui le rattrapait à la moindre chute. L'accent a donc été mis sur la coopération et la relation en Tepeu le voleur l'imposant Majin, cela se matérialise par un système d'ordre simple que le joueur peut donner à la créature (suivre, attendre, attaquer ...), un système simple et efficace qui offre une aisance très appréciable. Une complicité qui servira bien entendu lors de résolution d'énigmes ou pendant les combats. Les ténèbres étant coriace pour un Tepeu seul, d'autant que seul le Majin peut se débarrasser définitivement des ennemis en avalant une sphère que ces derniers libère à leur mort, si cette sphère n'est pas boulotée par l'énorme appétit du Majin les adversaires reviendront sans relâche. Mais le Majin n'est pas une force de frappe conséquente, c'est aussi l'unique moyen de soigner Tepeu. Chaque coup que recevra le voleur le recouvrant un peu plus de ténèbres, jusqu'à sa conversion totale en créature du mal (= mort), il sera nécessaire d'aller se faire nettoyer par le Majin afin de reprendre de l'énergie. Une petite subtilité vient apporter un peu de finesse, en effet certains combats peuvent être remplacées par des phases d'infiltration réservées à Tepeu qui pourra, après s'être faufiler dans le dos des monstres, s'en débarrasser d'un seul coup. Un moyen efficace pour éviter aux joueurs de foncer tête baissée dans le tas (assuré vous tout de même que le Majin ne vous suive pas, car le pauvre n'est pas vraiment discret et parfois stupide). La relation entre le voleur et la créature mystique est vraiment sympathique, mais pas parfaite. Prenons un exemple voulez-vous, lorsque le Majin se prend les pieds dans le tapis (ce qui, soit dit en passant, arrive bien trop souvent) il est impossible de l'aider à se relever ou de lui demander si ça va. Un manque de microscopique détails pas franchement pénalisant, mais qui prouve la supériorité de Fumito Ueada dans ce domaine précis.

Maj.1



Vous auriez pas pas vu un gamin avec des cornes ?


Le jeu alterne donc entre combat (ou infiltration) et puzzle de façon simple et agréable au fur et à mesure que le joueur progresse dans les différentes zones. A la manière d'un Metroid, le monde de Majin and the Forsaken Kingdom n'est pas découpé en niveaux, mais il faudra disposer du bon pouvoir (le Majin en récupérant quatre au fil de l'histoire) pour ouvrir l'accès à une nouvelle zone. Il est intéressant d'ailleurs, de parler du petit aspect RPG que propose le titre. En effet, au fil des combats, Tepeu gagnera de l'expérience (représentée par des sphères bleues) qui augmentera sa resistance et sa force ; il est aussi possible de gagner des sphères rouges qui augmentent la cohésion entre Tepeu et le Majin. Ces sphères s'obtiennent lors de l'exécution d'attaque combinées ; très simple a réalisé, ces attaques s'exécutent lorsque le Majin a sonné un adversaire et que Tepeu le frappe au sol, après trois ou quatre coups un symbole apparait. Un QTE représentait toujours par le même bouton (rond sur PS3) qui déclenche alors l'attaque combinée. Améliorer la cohésion du groupe augmente la puissance de ces attaques, mais ce n'est pas tout. Puisqu'il est aussi possible de trouver divers fruits, dont la consommation par le Majin augmenteront sa resistance, sa force, ou l'un de ses pouvoirs. Ces fruits ne sont pas souvent simples d'accès et leur recherche est purement facultative, mais certains ennemis sont retors et la recherche de ces fruits n'est pas toujours un luxe dont on peut se passer.
Outre les fruits, l'univers de Majin and the Forsaken Kingdome regorge aussi de coffres contenant des sphères, ou d'autres contenant des équipements pour Tepeu. Des pièces d'armures qui apportent différents bonus et dont il est possible de s'équiper uniquement aux points de sauvegarde (des statues qui s'illuminent en présence du Majin).



Maj.5


Tepeu : le sans amis qui se rabat sur la faune locale

On aurait pu croire qu'à l'instar de Metroid, dont il reprend la mécanique du "open world balisé", Majin and the Forsaken Kingdom aurait une durée de vie des plus honorables et en fait, pas vraiment. Compter une douzaine d'heures pour finir l'intrigue avec ¾ des items cachés en poche, la rejouabilité n'est pas vraiment au rendez-vous sauf pour le plaisir. Un constat d'autant plus dramatique quand on voit a quel point le titre est parfois brouillon dans la façon d'orienter le joueur. Ceux qui n'en peuvent plus des jeux où l'on vous prend par la main de bout en bout seront servis, puisque Majin and the Forsaken Kingdom est très avare en explication et en indices et il ne sera pas rare de perdre entre 10 et 30 minutes à chercher le prochain objectif. Du temps, on en perd aussi durant les longs allers-retours où les ennemis réapparaissent comme par magie (noire évidemment) ; même si un système de téléportation fait son apparition par la suite, son choix restreint dans les destinations (quatre au total) n'écourte le voyage que très légèrement.
Il est temps maintenant d'aborder la réalisation du titre. Clairement pas à la hauteur des productions actuelles et dépassée en de nombreux points, néanmoins le titre a le mérite d'offrir un univers coloré et un design agréable. Le jeu est intégralement en français est propose un doublage correct, bien qu'inférieur à la version anglaise (les animaux ont des voix risibles qui en amuseront plus d'un. La musique quant à elle splendide et les bruitages convaincants.


Maj.4

Console : PS3 (existe aussi sur Xbox 360)
Editeur : Namco Bandai
Devloppeur : Game Republic
Genre : Action/Aventure
Mode de jeu : solo uniquement


 

L'avis de PsEuDoLeSs sur Majin and the Forsaken Kingdom :

 

16.5/20



S'il est bien évident que Majin and the Forsaken Kingdom n'est pas une claque technologique, il a le mérite de proposer une identité visuelle plaisante, une musique qui flatte l'oreille et une aventure sympathique. Bercé par l'influence du travail de la Team ICO, Majin and the Forsaken Kingdom ne parvient pas réellement à atteindre l'onirisme d'un Shadow of the Colossus et la complexité d'une relation entre ICO et Yorda, mais ce cran en dessous fait de lui le jeu parfait pour tous ceux qui attendent avec impatience The Last Guardian et qui ont déjà fait et refait ICO et Shadow of the Colossus. Ceux qui sont à la recherche d'un jeu d'aventure agréable, ponctué de puzzle et de moment de bravoure ont aussi de quoi se laisser tenter. Un jeu qui ne paie pas de mine comparé aux gros blockbusters, mais qui sera séduire ceux qui lui laisse sa chance.


 

 

"Une excellente surprise enchanteuse"

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus. 

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mario mario 27/12/2010 21:40



oui, c'est un bon conseil... d'autant que je n'ai pas non plus de PS3 :), mais il fait partie des (plutôt rares) jeux PS3 notés sur ma liste de jeux à acheter quand la console sera bradée
^^ 



PsEuDoLeSs 27/12/2010 22:07



Si tu n'as pas de préférence, le jeu est aussi sur 360. Je dis ça parce que la console de Microsoft est tout de même est moins onereuse. D'ici là tu aura le temps de le finir ce fameux ICO (y'a
pas le feu non plus) ;)



Mario Mario 27/12/2010 14:50



j'ai ICO sur mon étagère que je dois finir (il faut rebrancher la PS2 !) mais ce test m'a donné envie d'essayer Majin très prochainement... l'univers a l'air très réussi malgré les quelques
défauts cités



PsEuDoLeSs 27/12/2010 20:20



Le bon conseil de PsEuDoLeSs : fini ICO, comme ça entre temps Majin aurait un peu baissé de prix ;)



Soichiro-damma 27/12/2010 14:02



J'aime bien les jeu plutot "intelligent" mais j'accroche pas trop à ce trip un peut coop, je dois avoir été tromatisé par Pop 2008



Batto 26/12/2010 20:36



Je ne les est pas fait...je n'avais tester que ICO en démo a l'époque (trop de bon jeux sur PS2 pour tous acheter et faire).



Batto 26/12/2010 13:30



Vaux mieux attendre le pack HD de ICO et sa suite prévu bientôt sur PS3 quoi...



PsEuDoLeSs 26/12/2010 20:27



Si tu préfère refaire les mêmes jeux juste en HD plutôt que d'essayer un titre sympa qui propose un duo dans la lignée du travail de la Team ICO, ça te rergarde. Si bien sûr tu n'as pas fait ICO
et Shadow of the Colossus (ce qui serait étonnant tout de même) alors oui opte plus pour un coffret Team ICO HD. La sortie de la collection étant prévue pour le deuxième trimèstre 2011 ça laisse
tout de même le temps de jeter un oeil sur Majin and the Forsaken Kingdom ;)