No More Heroes 2, test du retour de la vengence

Publié le par PsEuDoLeSs




Travis Touchdown vous vous rappelez ; mais si l'assassin otaku héros du jeu pop-déluré No More Heroes, sortit sur Nintendo Wii en décembre 2008. Et bien il fait son grand retour dans une suite relativement attendu, sobrement intitulée No More Heroes 2 : Desperate Struggle. Travis et son créateur Suda 51 vont ils de nouveau réussir à associer pop-culture, univers barré et beat'em up ? La suite fait-elle mieux que son ainée ?


No more heroes 2.1


C'est l'histoire d'un mec qui a un beam katana ... encore ...


Confronté à un ennemi qui lui cherche des noises, et que vous allez devoir térrasser. Travis se voit retourner à la 51e place du classement des assassin de la ville de Santa Destroy. Après tout le mal qu'il avait pu se donner, dans No More Heroes premier du nom, pour arriver en haut du classement ; il va falloir tout recommencer. Pendant ce temps son ami Bishop, qui tient la boutique de location de vidéo, et sauvagement assassiner et sa tête livrée à l'appartement de Travis qui fou de rage en fait une affaire personnelle. D'après les informations de Silvia Christel, l'homme responsable de la mort de son ami se trouve être le numéro un des assassins. Il n'en faut pas plus à Travis pour dégainer son beam katana (un sabre laser acheté sur le net) et se mettre à trancher tout ce qui se mettra entre lui et l'assassin de son meilleur ami.

 

 

Si le scénario se limite à une histoire de vengence mélée à des promesses coquine de Silvia ; attendez vous à du grand n'importe quoi en perspective. Niveau ambiance loufoque et vannes graveleuses No More Heroes 2 est bien le digne succésseur du premier volet. Et pourtant il y a eu certains changements.
Le plus frappant est sans conteste la presence du sang et des démembrements ; éléments qui avaient été censurés dans l'épisode précédent, remplacés par une bouillie noire et des nuées de pixels. Si à l'époque les joueurs s'étaient offusqués d'une telle censure, force et de constater que l'hémoglobine n'ajoute pas grand chose. C'est rigolo mais on se demande parfois si on ne préféré pas le premier sur ce point.
Autre détail un peu décevant, les boss. Ultra-charismatique et introduit par une petite scenettes à la mise en scène soignée dans le premier épisode ; on est déçu de voir que certains boss (pas tous heureusement) n'ont pas bénificier de beaucoup de soins. Moins classes, moins profonds et bien plus rapide à éxpédier (même en difficile) on a parfois du mal à ressentir l'excitation du combats a mort.

No more heroes 2.2


Punk's not dead !



Dernier changement et non des moindre. La dissparition de l'aspect open world du titre. Vivement critiquées (et c'était légitime) les séquence de vadrouille dans la ville on été remplacées par une bête map de la ville dans laquelle on choisit sa destination. Fini les quêtes annexes, recherche de balle et fouille de poubelles. Il ne reste plus que l'intrigue, quelques missions de combats secondaires, l'entrainement et les petits boulots.
Ceux qui auront jouer au premier épisode se rappeleront du rammassage de noix de coco. Et bien il est toujours de la partie ; en version 8-bits. En effet, histoire d'acentuer l'aspect culture otaku rétro gamming, les jobs on été refait en version old-school (tous sauf un, va savoir pourquoi). Un idée sympathique mais qui finie par s'usée, d'autant que tous ne sont pas agréable à jouer.

 

A part cela, le reste n'a pas vraiment changer. Les combats sont toujours aussi joussifs et physique (possibilité de jouer aux pads classiques) et Travis et toujours au mieux de sa forme. Contrairement à son chat Jeanne qui a grossit et qu'il faudra aider à maigrir si l'envie vous prend (oui c'est bien une quête annexe). C'est toujours bon, c'est toujours cinglé mais malheureusement ce n'est pas mieux que No More Heroes premier du nom.



No more heroes 2.3


Une suite avec du bon et du moins bon :


Techniquement par contre le jeu est bien plus beau que le premier opus. La modélisation des personnages est nettement au dessus et les décors sont plus fins. Un net progrès à ce niveau là même si l'ensemble reste dans la moyenne de ce qui ce fait sur Wii. Les musiques ont gagné en diversité et en plus certaines sont reprises du premier. Mais ce qui ne va pas c'est la durée de vie. Il fallait si attendre, elle est moins importante que le précedent opus. Normal car on a plus besoin d'errer en ville, un chargement et hop on est arriver. Les niveaux, comme les boss, sont plus courts et ce qui est étrange c'est que Travis n'a plus besoin de payer des droits d'inscription pour ces combats classés. Un gain de temps qui ne joue pas en faveur du titre. Du coup l'argent que vous gagnez serre uniquement à payer équipement et entrainement ; ou à acheter de nouvelles fringues (plus diversifiées elles aussi que dans le premier épisode). Le rythme global du jeu est bien plus speed mais fait qu'on en voit le bout en une dizaine d'heures. C'est dommage, car même si le jeu est bon, il en ressort au final une petite sensation d'innachevé, de manque de finition.


No more heroes 2.5


Vis ma vie d'otaku assassin :



Finissons ce tour d'horizon sur No More Heroes 2 en précisant que deux autres personnages, en plus de Travis, seront jouables à un moment de l'histoire. Hélas ces deux personnages, comme plusieurs idées dans cette suite, tombent légerement à plat. Intêret minime des séquences avec ces deux protagonistes, idée du saut qui donne des phases de plateforme laborieuses. On aurait sans doute préféré pouvoir refaire l'histoire avec un nouveaux personnages, ou avoir des scénarios parrallèles mais il n'en est rien. Il reste bien le mode très difficile (hot) qui s'obtient une fois le jeu fini une première fois pour les plus courageux. Un peu maigre comme contenu.


 

Console : Wii
Editeur : Marvelous Entertainment
Développeur : Grasshopper Manufacture Inc
Genre : Aventure/Beat’em all
Mode de jeu : solo uniquement  


                   


L'avis de PsEuDoLeSs sur No More Heores 2 : Desperate Struggle :




16/20 

 

Si No More Heroes 2 laisse une sensation de légère infériorité comparé au premier volet, il demeure un excellent beat'em up déjanté et fun. Une suite avec des choses mieux et d'autres moins bonnes pour au final, un titre bien divertissant, mais qui perd l'effet de surprise et de fraicheur qu'avait No More Heroes number one. Cependant, quel pied de retrouver Travis, cet anti-héros punk gominé aux manières d'otaku. Quel pied de pouvoir de nouveau livrer des combats mêlants sabre laser et prises de catch contre des boss souvent classes. Et quel pied de retrouver cette ambiance unique et délirante, pleine de clins d'oeil et de références ; d'humour potache et de décolletés pigeonnant. Un régale un peu en demi teinte, mais un régale quand même.



No more heroes 2.7

"Travis marque un Touchdown pour la seconde fois (non j'en ai pas honte)"

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus.

Publié dans Test

Commenter cet article