Le test de Borderlands approuvé par le comité des Claptraps ninjas

Publié le par PsEuDoLeSs


Gearbox software n'en est pas à son premier jeu de tir en vue subjective. Après avoir travaillé sur Halo, Half Life, Counter Strike et Brothers in Arms, le studio américain a tenté d'insuffler à Borderlands un petit aspect RPG. Maintes fois Borderlands aura changé, ne serait-ce que visuellement, pour tenter de ne pas rendre qu'un bête jeu de tir lambda. Paris gagné pour GearBox ?



border.0



Quand t'es dans le désert ...


Le pitch de Borderlands est simple. La planète Pandore attisent les convoitises de bon nombres de chasseurs de trésors, pour une raison toute simple, la présence de l'Arche. Un artefact alien aussi rare qu'incroyablement onéreux et malgré son environnement hostile et désertique, un paquet d'aventuriers séduits par l'argent et le pouvoir vont se livrer bataille sur cette planète lointaine. Vous l'aurez donc tout de suite compris, ce n'est pas du point de vue de l'intrigue que Borderlands pioche dans les codes du RPG. Minimaliste et sans grand intérêt, le scénario servira juste de prétexte pour canarder tout ce qui bougera à l'écran.

Etant ce que l'on pourrait qualifier de hack'n slash en vue subjective, Borderlands vous propose quatre personnages au choix. Tous bien distincts en ce qui concerne les capacités et le physique. Brick le gros bourrin dont la première option est toujours de cogner et qui possède un mode berserk ; Roland le soldat équilibré qui dispose d'une tourelle de combat ; Mordercaï le sniper accompagné de son aigle et enfin Lillith la sirène capable de se rendre brièvement invisible. Bien entendu, au fur et à mesure de ses massacres de skags et de nains anarchistes, l'xp affluera amenant des gains de niveaux et de nouvelles compétences afin de rendre votre perso encore plus efficace. Ce qui ne sera pas un luxe par moment.
Si l'intrigue de Borderlands ne casse pas des Brick (ho ho) et est difficilement attachante, on ne peut pas dire la même chose de son univers Des paysages arides baignés dans la violence et le chaos, des cités faites de tôles, un petit côté Mad Max vraiment sympa. Le tout enrobé d'un cell-shading très soigné qui donne au tout cet aspect comics adulte et violent parfaitement cohérent.



border.1



Moi vois, moi tue :


Comme il a été déjà dit ; Borderlands est un hack'n slash en vue subjective. Attendez vous donc à cartonner la plupart du temps, à fouiller les différentes zones en quête d'équipement et à réfléchir après. Non, Borderlands n'est pas un FPS, même s'il en possède la vue. En effet, le système d'amélioration du personnage ou de son armement rappel indubitablement un jeu de rôle. Ce n'est d'ailleurs pas le seul élément que l'on retrouve dans Borderlands. On note, par exemple, l'affichage des dégâts infligés ainsi que les coups critiques. De cette façon, trouer un pillard donnera lieu à toute une flopée de petit 2,2,2,3 (enfin vous avez compris). La montée en niveau a elle aussi une utilité, car les ennemis  possède également leurs propres niveaux et il est fortement déconseillé d'aller au combat contre une bestiole ayant le double de votre xp, c'est la mort assurée. Parlons-en de la mort tiens. Une fois votre bouclier vide, c'est votre santé qui trinque et si elle tombe à zéro, vous disposez de quelques secondes pour abattre un ennemi et trouver un second souffle. Dans le cas contraire, c'est respawn au dernier checkpoint. Ce qui, dans Borderlands, signifie clonage et donc facture ! Autant dire qu'il va falloir choisir entre foncer dans le tas sans réfléchir et agir avec un minimum de retenue pour économiser ses deniers afin de pouvoir se procurer ce nouveau fusil à pompe, en promo en ce moment dans l'une des boutiques.

Si les boutiques sont plus ici des distributeurs de soda reconvertis, elles ne sont pas le seul moyen de se procurer du matos ici bas sur Pandore. Outre la possibilité de ramasser les équipements tombés au sol des ennemis qui sont, eux aussi, tombés ; Borderlands recèle de coffres plus ou moins cachés incitants le joueur à explorer et parfois même à prendre des risques inconsidérés, mais la récompenses en vaut parfois le coup. Fusil à pompe, mitraillette, fusil de sniper, pistolet, l'arsenal de Borderlands souffre d'un petit manque d'originalité. Si certaines possèdent un élément associé (feu, foudre etc.) et que les armes sont générées d'une façon aléatoire dans les coffres, il ne s'agit jamais plus que d'une même arme dont les seules différences notables sont les caractéristiques et la couleur. Il n'y a pas que les armes à feu dans la vie et il sera également possible de dégoter de nouveaux boucliers, compétence de personnage et modes de grenades (collantes, qui drainent la vie de l'ennemi ...). De la même façon que certains "méchants pas beaux tout vilains" ont un meilleur niveau que vous, certains équipement nécessiteront que vous les gardiez en réserve le temps d'être assez compétent pour les utiliser. Il faut donc constamment fouiller les décors pour trouver de la monnaie et de l'équipement et l'impossibilité de stocker son équipement ailleurs que dans son inventaire perso, amènera à faire des choix.



border.3



Du sable et du plomb plein les bottes :


On ne le dira jamais assez, mais Borderlands n'est pas un FPS couloir bourré de script. Le titre de Gearbox tend vers le open-world remplit d'objectifs et de quêtes, d'ennemis et de pnj souvent tordants (c.f : les claptraps). Le monde de Pandore ne se divise donc pas en chapitre, mais bien en zone distinctes. Chacune proposant ses quêtes (qui se résument à tirer dans le tas et ramener l'objet en question les ¾ du temps) et son niveau minimal. Non je n'ai pas oublié de dire "ses ennemis", car voyez vous ; le bestiaire de Borderlands est hélas trop peu fourni lui aussi. Même reproche concernant les véhicules, ai-je dit "les", autant pour moi je voulais dire LE. Et oui, il n'y a qu'UN seul véhicule dans Borderlands ! C'est bien beau de nous dire que l'on pourra se déplacer en voiture de zone en zone, mais au final un seul modèle de carrosserie. Ce n'est que le changement d'arme sur la tourelle (en gros lance-roquette ou mitrailleuse) et celui de la couleur qui influe sur le nom du bolide. Autant dire que c'est une grosse bullet que se tire Gearbox dans le pied. Que les allergiques au volant se rassure, il devient rapidement possible de se téléporter de zone en zone et d'ainsi éviter les phases moyennement jouable de conduite.


En ce qui concerne l'aspect visuel et sonore du tire. Comme il a déjà été dit plus haut, Borderlands propose un univers cell shadé propre et soigné sans être à tomber et un design des personnages, somme toute peu surprenant pour la plupart, mais raccord avec l'univers. Un univers poussiéreux, violent et attachant ; toutefois, certaines textures sont largement inférieures et tous les décors n'ont pas bénéficies du même soin. Borderlands est intégralement en français, menu et voix et nous sert un doublage correct, des musiques sympathiques quoi qu'un peu trop discrètes par moment. S'il est évident que l'un et l'autre ont peu de chance de rester dans les mémoires, il est déjà fort agréable de ne pas se voir servir une fois de plus une vf abominable.



border.4



Plaisir à plusieurs :


Si je n'ai pas encore évoqué le multijoueur jusque là, c'est par choix. Afin de garder l'un des gros morceaux du jeu pour la toute fin. Car Borderlands ne prend sa dimension qu'en multi. Ici pas de deathmatch, mais bel et bien un mode aventure coop jusqu'à 4 en ligne et jusqu'à 2 en écran partagé. Un mode qui a plus d'un avantage. Outre le fait de se sentir moins seul, de se tirer la bourre pour les coffres, il faut savoir que plus vous serez nombreux, plus le jeu sera sans pitié et plus les trésors seront importants. L'occasion de s'amuser et de dégoter du matos qu'il serait bien plus dur de trouver tout seul. C'est aussi parfait pour mettre en place diverses techniques et moyens pour se serrer les coudes dans les rixes et contre les boss et une fois vos compagnons partis, vous pouvez toujours continuer votre aventure en solo tout en gardant les bénéfices de cette session multi. Pour ceux qui sont toujours à la recherche du meilleur flingue, sachez qu'il est possible d'entamer des loops de l'aventure supplémentaire. En gros, c'est toujours le même scénario, mais avec des ennemis encore plus forts. On ne peut donc que recommander de jouer à plusieurs, car il est impératif de jouer avec des compagnons pour prendre compte du véritable potentiel du jeu. Le joueur solitaire se lassera bien plus vite.

 

 
border.2


Console : Xbox360 (existe aussi sur PS3 et PC)
Editeur : 2K Games
Devloppeur : Gearbox Software
Genre : Hack'n Slash en vue subjective
Mode de jeu : 1 à 2 joueurs en écran splitté, jusqu'à 4 en réseau


 

L'avis de PsEuDoLeSs sur Borderlands :




Au final : 16/20



On aurait pu craindre le pire devant ce curieux mélange de hack'n slash, de FPS et de RPG, mais au final, Borderlands se révèle être une surprise très agréable ainsi qu'un très bon jeu de coopération. Avec son univers violent, mais pas dénué d'humour, sa réalisation accrocheuse, son game système bien pensé et (surtout) son mode coop à 4 joueurs. Borderlands, sans être le hit de toute une année, est un excellent divertissement vidéoludique qu'il serait dommage de ne pas essayer. Quant aux plus gros fan du jeux, plusieurs DLC viennent gonfler un peu plus encore, une durée de vie déjà conséquente.

 



border.5

"Un jeu a absolument faire à plusieurs "

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blog PS3 02/03/2011 09:56



Personnellement j'adore ce jeu ! C'est vrai que le scénario est assez light, mais quel univers ! Les boss sont absolument géniaux. Et le bestiaire ne me dérange absolument pas... Au contraire,
moi je commence à m'y attacher aux toutous de Borderlands . Le mode Coop est excellent, et du coup ça m'a vachement
poussé à jouer en solo pour level upper mon perso pour faire la surprise à mes potes en mode coop ... c'est sans
doute le meilleur FPS coop qui existe car il est long et la progression est passionnante et ne lasse pas.



batto 18/02/2011 15:10



ça me donne envie d'y rejouer ton test...merde je ne l'ai toujours pas fini et il est dans un coin pas bien...en coop c'est une tuerie en plus