Jean-Philippe Brisco, ce personnage que trop de gens ignorent encore...

Publié le par PsEuDoLeSs

Aujourd'hui je voudrais rendre un hommage à un personnage de jeu vidéo haut en couleur et pourtant si inconnu du public, de nos jours abrutit par des FPS de guerre ou des Meuporgs de vent glacé, de besoin de vitesse et par des party game à la con désormais plus exclusifs à la Wii. Loin des pointures de la popularité que sont Mario, Link, Master Chief, Alexandra Ledermann ou encore Dora l'exploratrice. J'aimerais saluer la performance d'un illustre protagoniste de polygone injustement boudé et jeté dans les geôles froides des pixels oubliés. Je voudrais témoigner de mon immense respect pour cette star vidéoludique en sommeille qui bouillonne à l'idée de sortir de l'ombre. Salut à toi l'artiste. Cet article, telle la déclaration de mon profond amour pour toi, t'es dédié. Oui toi ! Toi Jean-Philippe Brisco, second rôle délaisser du monde vidéoludique.

michp2022Ah ce cher JPB, qui ne connait pas JPB alias Jean-Philippe Brisco ? A peu près tout le monde en fait et c'est un tort tellement abominable que je me vois dans l'obligation de le réparer. Personnage du magnifique jeu-vidéo nommé Michigan : Report From Hell (vous noterez que le terme magnifique est ici employé avec une ironie prononcée) ce « jeu » « d'horreur » concept dans lequel vous incarnez un cameraman dans une version ultra-pauvre du projet Blair Witch. Où, en tant que cameraman vous pouvez filmer et … ben c'est à peu près tout en fait et c'est pour cela que dans cette aventure au suspens insoutenable ; aussi insoutenable qu'une fleur qui se serait posée sur votre chaussure, il faut une équipe technique qui vous assiste … et quelle équipe mes amis. Mais je ne suis pas là pour parler du jeu en lui-même, de ces bugs, de sa mise en scène risible, de son système de jeu bancal, de son action aussi trépidante qu'un épisode de Derrick sous tranxen, de son intrigue horriblement idiote écrite par un collectif d'anciens candidats de Secret Story, de sa synchro labiale enfin de l'absence TOTALE de synchro labiale, de son combo clipping + brouillard (même dans les maisons) ou même de son bestiaire cauchemardesque (vous claquerez des cuisses devant la tête de baleine rouge, le tas de bouillie rouge avec une frite ornée d'une tête rouge, le phasme géant rouge qui viole un escalier ou encore le terrible croisement entre un poux rouge et une carotte, sans parler de l'autiste atteint de trisomie 21 qui court sur place en battant des bras). Non j'aimerais me pencher sur le cas JPB, l'ami ingénieur son qui te suit partout comme ton ombre, nan mais vraiment partout genre tu pars pisser deux minutes tu le retrouves derrière toi en train de tenir le papier en te balançant un « What's up ? » comme un putain de chewing-gum collé à ta semelle, t'as beau râper ta godasse sur le trottoir il se barre JAMAIS ! Bah JPB est le chewing-gum du joueur dans Michigan : Report from Hell.

michp2065
Et regardez moi ce physique, ce corps savamment sculpté par les Dieux du jeu-vidéo, ce regard de braise, ce look à la fois rebel et professionnel avec son casque et ce … euh T-shirt horrible décoré d'une voiture verte chelou avec un visage qui sourit (en plein truc d'horreur alors que t'as trois morts toutes les deux minutes et que y'a du sang sur les murs … c'est aussi raccord qu'un chinois qui fait du break dance à l'enterrement d'un rabbin vendeur de tapis afghan à mi-temps). Sans parler de sa voix de velours, ce doublage anglais criant de … ben de nullité ou de son charisme d'huitre morte depuis trois mois et qui sert de gîte à une famille de mouches et de blattes. Je tiens pour preuve une scène magique où l'on vous fait filmez des blousons en 2D dans une armoire (oui je sais c'est pourri à lire, mais rassurez vous c'est aussi très chiant à jouer) pour se taper un faux effet de flippe où un cadavre tombe de la porte de l'armoire d'à côté (mais vu que vous étiez focus sur les blousons que vous rêviez déjà de porter, vous avez tout loupé le super script qui fait trop peur). La journaliste qui vous accompagne crie comme une pucelle qui serait poursuivie dans la forêt par une armée de violeurs récidivistes qui ne se seraient pas lavés depuis trois mois (forcément). Et JPB lui ? … ben il se tape 5 secondes de décalage, le temps que l'information visuelle du cadavre écorché qui se croûte comme un étron dans la cuvette monte au cerveau et que les petits bonhommes d' « Il était une fois la vie » transmettent tout ça et seulement après tout cela ; il crie (comme une pucelle aussi d'ailleurs). Impayable ce JPB je vous le dis. Quel homme, quel bout en train.


michp2031Et ce n'est pas le fait de voir crever une à une, toutes les journalistes qu'on lui affecte (mais c'est la faute du joueur hein, non c'est plutôt la faute du gameplay maladroit) qui découragerait ce cher Brisco. Loin de là, car le bougre est ingé-son de la tête aux pieds ou plutôt du casque aux baskets. Brandissant fièrement sa perche, qui est une perche fantôme soit dit en passant vu qu'elle le traverse tout le temps. Faisant face aux monstres avec autant de courage et d'émotion que la greluche qui joue dans les navets Twilight (je la soupçonne d'ailleurs de copier JPB). Un tel jeu d'acteur que David Cage pourrait l'engager direct si c'était un vrai gens. Moi je vous le dis, chez Zaka Tv on doit hurler de bonheur le fait de compter un tel élément dans ses rangs. Sérieux vous en connaissez beaucoup vous, des assistants qui picolent comme cinq ivrognes notoires juste parce que y'a dix minutes, la journaliste qu'il kiffait trop sa mère a disparu dans le brouillard ? Un vrai moral d'acier ce JPB.

Pour toutes ces raisons, Jean-Philippe Brisco est un personnage qui deviendra culte pour quiconque jouera à Michigan : Report from Hell. Une leçon de charisme et de programmation pour un protagoniste aussi torturé qu'un personnage secondaire d'un soap d'AB Production (même regard triste, même jeu d'acteur). Finalement Michigan n'a de survival horror que ce super escort boy de JPB, ce polisson afro-américain qui se cache toujours derrière vous de façon à ce qu'à chaque fois que l'on se promène en zoom X200 et que l'on fait un demi-tour, on se tape sa tronche en gros plan. Espérons donc que l'on verra prochainement, au milieu des goodies et des T-shirt aux effigies de Mario ou d'Alexendra Ledermann, des statuettes Brisco ou des T-shirt ornés de cette magnifique voiture verte qui sourie. Peut-être mêmes des choses moins classiques comme un distributeur de papier toilette Brisco qui fait « What's up » quand on tire une feuille ou encore la Zakaméra qui fait en sorte que tout ce que vous filmez soit chiant à mourir et que, dès que vous filmez derrière vous, vous voyez la tronche de JPB qui vous fixe de son regard vide de psychopathe avide de scoop et de journalistes fraichement engagées.




 

Ainsi s'achève le portrait/hommage de Jean-Philippe Brisco. Merci à toi pour ces moments aussi inoubliables que franchement ridicules passés à jouer à Michigan : Report from Hell. Merci, oui merci Brisco ; d'être Brisco, ce melting point de tout ce qui peut être risible et pathétique en terme de personnage vidéoludique. Tu es si unique en ton genre qu'on pourrait créer les Brisco d'or qui récompenseraient ceux qui comme toi, arpente le chemin de la médiocrité, sans jamais bien-sûr atteindre le niveau de maître JPB. Tchao vieux camarade, tu laisseras un souvenir impérissable quoi qu'un brin mauvais en bouche, mais au final c'est pour tout cela qu'on t'aime. Jean-Philippe Brisco … silence … standing ovation ...

 

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus.

 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emilie 24/01/2011 10:51



Je dirais comme Batto... xD



Batto 30/12/2010 13:24



J'ai envie d'y jouer...