Et si on parlait un peu manga ...

Publié le par Soichiro-damma

Car même si l'on parle beaucoup jeux-vidéo sur le blog du Crticial Damage, nous sommes avant tout des geeks. Nous nous intéressons aussi à tout un tas d'autres choses. Cinéma, livre, comics, BD, manga, série-tv etc. L'archétype même du geek de base. Alors, quand un manga rejoint le jeu-vidéo et décide d'exposer l'envers du décors de la création vidéoludique, il est normal que l'on en parle.


giga-tokyo-toybox-manga-volume-1-simple-15899.jpg

Giga Tokyo Toybox est une série débutée en 2006 narrant les péripéties de Tenkawa Taiyô et de son petit studio de développement de jeux-vidéo, le studio G3. C'est un personnage perfectionniste dont la notion de délai reste floue et qui croit en l'âme des jeux. Par conséquent son studio procède a pas mal de sous traitance pour d'autres studios et leur retard fréquent rend leur situation financière très instable. Taiyô fut célèbre à une époque pour avoir travaillé sur les trois premiers opus de Sword Chronicles, la série phare du géant de l'édition Solidus Works. Mais, à la suite de nombreux désaccords avec la politique de Solidus, Taiyô quitta la boîte pour fonder G3 et ainsi créer des jeux, des vrais.
Dans la dèche financière la plus totale, G3 va devoir développer pour Solidus à nouveau et plancher sur un action RPG du nom de Samurai Kitchen.


Giga Tokyo Toybox propose un regard franc et direct sur le monde de la création de loisir vidéoludique et nous montre les difficultés que peuvent rencontrer un studio lors du développement d'un jeu. Les pressions des éditeurs, l'attente des actionnaires, la censure, les bugs, la recherche artistique, les désaccords, la promotion et offre un constat sur le monde vidéoludique actuel. Où le profit passe avant tout.
Taiyô est le symbole d'un optimisme en déroute devant le mercantilisme à outrance de l'industrie videoludique actuelle.


Conflits, doute et nuits blanches. Giga Tokyo Toybox fait partie  de ces mangas montrant l'envers du décors d'une profession. A l'instar de Bakuman et du métier de mangaka. Autant dire qu'on vous conseille fortement de laisser sa chance à ce manga fort sympathique dans ce monde de shonen écoeurant. Sans compter que Giga Tokyo Toybox est en fait la suite de Tokyo Toybox qui ,lui, ne compte que 2 tomes. Autant dire un investissement minime pour vous faire votre avis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article