LIMBO : La Critique !

Publié le par PsEuDoLeSs

 

"Tu ne demandes pas quels sont les esprits que tu vois ? Or je veux que tu saches, avant d'aller plus loin, qu'ils furent sans péchés ; et s'ils ont des mérites, cela ne suffit pas, sans baptême, qui est le seuil de la foi que tu as ; et s'ils vécurent avant la loi chrétienne, ils n'adorèrent pas Dieu comme il convient : je suis moi-même un de ceux-là." Tels furent les mots de Virgile à Dante lorsque leur visite des enfers les conduits aux limbes. Cet instant littérature me semblait adéquat pour introduire LIMBO.


limbo.1

Sorti en juillet 2010, LIMBO a créer la sensation en proposant un jeu de plates-formes/réflexion à l'esthétique simple mais diablement efficace. Tout bonnement lâché (sans introduction ni rien) aux commandes d'un jeune garçon dissimulé dans l'ombre d'un monde tout en nuance de noir et de gris, vous allez devoir l'aider dans une quête que seul lui semble connaître. Pour cela il va falloir en découdre avec les nombreux pièges que recèlent ces limbes modernes.


Jeu de plates-formes en 2D, LIMBO propose un gameplay ultra-simpliste mais savamment recherché pour proposer tout un tas de mécaniques. A l'instar de Braid ou de Portal, dont le gameplay de départ (à savoir la maîtrise du temps pour l'un et les portails pour l'autre) n'a pas joué le rôle de frein, car les développeurs avaient su trouver des idées de mise en scène pour leur jeux. LIMBO suit cet exemple, si le petit garçon n'est capable que de se mouvoir, de sauter, de pousser des objets et d'activer des boutons ; les situations seront au rendez-vous pour constamment proposer du neuf (comme par exemple les passages avec du changement de gravité, où le personnage évolue au plafond la tête en bas) ; sans compter que les limbes selon Playdead sont truffées de pièges.

limbo.3

A commencer par un faune pas franchement amicale, des plates-formes sous haute tension, des scies, des armes à feux et même d'autres compagnons d'infortune, d'autres enfants, qui n'hésiteront pas à vous faire des sale coup pour sauver leur peau d'une mort effroyable. Car si LIMBO est un jeu indé téléchargeable en 2D, il reste d'une violence surement jamais vu pour un jeu du genre. Il ne sera pas rare de voir son petit avatar découpé, démembré, écrasé, empaler ... on se croirait revenu au temps de la bonne vieille plates-formes sur PC façon Heart of Darkness où des dizaines de façon de mourir différentes venait prendre au tripes le joueur. Une violence d'autant plus crue qu'il s'agit d'un enfant. Un concept encore trop rare dans un monde vidéoludique qui se contrefiche bien de la mort de plusieurs autres dizaines de nazis de pixel ou de zombies en polygones, là où la simple mort d'un enfant parait tabou (c.f l'impossibilité de tuer des jeunes dans Fallout 3 ou encore l'absence totale de marmaille dans les open world).


Des énigmes souvent retorses, des sauts millimétrés et des actions à réaliser dans un temps imparti ; tout ça c'est bien. Mais, la véritable réussite de LIMBO, c'est bien son ambiance visuelle incroyable. Son univers froid et cruel tout en nuances, empruntant même un grain à l'image bien connu des joueurs de Silent Hill, opte pour un rendu sans fioritures et effet tape à l'oeil. Pour un résultat intimiste qui marche du feu de Dieu. Sans parler de l'ambiance sonore. Si le jeu ne propose pas de musique et se contente de quelques ambiances discrètes par-ci par là, ce sont surtout les bruitages crus et brutaux qui impressionnent. LIMBO jette sa violence tel quelle à la face du joueur ; faisant de LIMBO un jeu qui pourrait lorgner du côté du survival horror.

limbo.4

Seule véritable ombre au tableau, une durée de vie un poil faiblarde. A peine 5h pour en venir à bout, sans compter que le jeu ne propose qu'un mode histoire. Vous aurez bien la possibilité de rejouer les chapitres dans l'ordre de votre choix pour tenter d'accomplir les succès, mais le constat reste hélas le même. LIMBO souffre d'une rejouabilité quasi-nulle. Et pour un peu plus de 10€, ce sera à vous de voir si vous êtes prêt ou pas à tenter l'expérience.



limbo.2


Console : Xbox 360
Editeur : Téléchargeable Xbox live
Développeur : Playdead
Genre : Plates-formes
Mode de joueur : Solo



L'avis de
PsEuDoLeSs sur LIMBO :

  



Au final : 7,5/10

 

 

A contre-pied de la tendance visant à accompagner le joueur dans le moindre de ses gestes, LIMBO balance le joueur sans même prendre le temps de lui expliquer quoi que ce soit. Cependant vu la simplicité du gameplay, pas de quoi crier au scandale. A l'inverse, on aurait aimé une intrigue un peu mieux mise en valeur. Trop floue, beaucoup comprendront difficilement la scène finale. Jeu de plates-formes à l'ancienne, LIMBO est toutefois une vértable petite perle. Artistique pour commencer, avec son univers oppressant et ses bruitages crus. Perle de jouabilité aussi, car l'on s'amuse vraiment à découvrir tous les pièges sadiques qu'ont trouvé les développeurs. Reste cependant cette durée de vie vraiment faiblarde qui pourrait rebuter ... et encore.


limbo.5


" Un exemple pour bien des jeux "


  

Publié dans Test

Commenter cet article

batto 20/05/2011 12:08



ouai je suis dedans en ce moment et en effet c'est un petit jeu rafraichissant...