Bouh Ba Resident Evil hAAA *bave* (test)

Publié le par Soichiro-damma

 




L'être humain aime par nature jouer avec sa propre peur, certain regarde des films horrifiques, d'autres se racontent des légendes au coin du feu et il y en a même qui se risquent à écouter le dernier album de Francis Lalanne. Pour ce qui est du jeu vidéo il en existe une petite poignet qui tenta de jouer avec ce sentiment, comme Sweet Home, Splatterhouse, Alone in the dark ou encore Clock tower. Mais on parla pour la première fois de survival horror genre qui est encore extrêmement populaire, avec l'oeuvre crée par Capcom, sous la direction de Mikami Shinji : Biohazard, plus connus chez nous est aux États Unis sous le nom de Resident Evil, sortit pour la première foi en 1996 sur Playstation 1. Je parle de première apparition, car le jeu fut un tel suces qu'il connut une déclinaison sur presque tous les supports de l'époque et possède même un remake plus qu'élogieux sur Nintendo Game Cube sous le nom de Resident Evil Rebirth.



51P8HY4KLrL._SS500_.jpg




Promenons nous dans les bois tant que le zombie n'y est pas.  


Dans la ville de Racoon City, une petite bourgade du milieu des États-Unis, la police local constate plusieurs disparitions dans les montagnes et la forêt qui si trouve. La ville décide donc d'envoyer sur place les membres des S.T.A.R.S ((Spécial Tactics and Rescue Squad)) et c'est l'équipe bravo qui est chargé de l'affaire. Mais celle-ci une fois arrivé sur place ne donne plus aucune nouvelle, il est clair que quelque chose se passe dans cette forêt, une seconde équipe répondant au nom de Alpha est alors envoyé enquêter sur la disparition de la première. Mais ce qui devait n'être qu'une mission de reconnaissance se transforme vite en une véritable boucherie, en effet les STARS sont aussitôt attaqués par une meute de chien enragé au look plutôt cadavérique et les seuls survivant : Jill Valentine, Albert Wesker, Barry Burton et Chris Redfield non d'autres choix que de se réfugier dans un mystérieux manoir non loin de là. « Survivez à une nuit d'épouvante » c'est par ses mots que le jeu commence vraiment.

Passé les 5 premières minutes de jeu vous vous rendrez vite compte que vous êtes en faite piégé dans un manoir au allures labyrinthique et infesté de zombie qui non qu'une idée en tête : vous manger.

 

 




Choisi donc par quel chemin tu veux affronter la mort.

 

 

 Je passerais évidement le fait que la cinématique d 'intro soit tourné avec des « acteurs » réel ce qui est vraiment à l'heure actuel kitchissime au possible mais était ultra classe à la sortie du jeu puisque que quasiment inédit. Le jeu vous laisse libre d'incarné soit Chris Redfield ou Jill valentine son homologue féminin, un choix qui pourrait se réduire à une simple question d'apparence mais est finalement beaucoup plus profond, puisqu'il détermine le niveau de difficulté. Si vous choisissez la jolie Jill vous aurez alors un personnage peut résistent mais qui est aidé de temps à autres par les apparitions de Barry que ce soit par l'extermination de zombie ou ses quelques dépôts de munitions par ici par la pour votre jolie petite bouille. Chris quant à lui ferra la rencontre de Rebecca la jeune membre de l'équipe Bravo dont il devra veiller sur elle. Notre héroïne peu aussi se targuer de posséder un passe partout lui permettant d'ouvrir des portes qui pour Chris lui demanderont de faire l'acquisition d'une clef, enfin elle a une sacoche plus grande ce lui assure un inventaire de 8 places au lieu de 6 pour Chris.

 


resident-evil-playstation-ps1-038.jpg


Oh mon dieu, il fonce droit sur nous!

 

Le joueur ce déplace dans des environnements 3D, par le billet d'une caméra aux plans fixes toujours disséminé de manière à augmenter l'angoisse du joueur. En effet il vous faudra souvent avance courageusement dans une pièce pour que la caméra change d'angle et vous révèle la présence ou non d'une créature à l'intérieur. Ce procédé diablement efficace à quand même un défaut important, le déplacement des personnages s'avère être complétement pourris et vous demandera un très long moment d'apprentissage pour vous déplacer avec votre personnage qui aura tout de même des allures de semi remorque. La subtilité du jeu viens principalement du fait que vous avez extrêmement peut de munitions et d'armes comparé au nombre total de monstre que vous allez rencontrer. Il vous faudra sans arrêter économiser sur les cartouches de pistolet, de fusil à pompe ou encore de bazooka si vous voulez resté vivant dans ce gigantesque manoir. D'autant que vous comprendrez vite que les zombies sont loin d'être la seul menace. En faite votre véritable et principale ennemie c'est vous et votre capacité à garder votre sang et à esquiver plutôt que de combattre tel ou tel monstre, heureusement pour vous vos assaillant sont à votre image très lent et peuvent donc être facilement feinté. Enfin si jamais vous vous faites croqué un petit bout par ici ou par là il vous faudra mettre la main sur des herbes de différentes couleurs (bleu, rouge, verte) pour les mélanger et obtenir différents sérums.





resident-evil-playstation-ps1-037.jpg



"Je suis pas deja passé dans cette salle?" : Phrase la plus souvent pensé par Jean-Jacque pendant une partie de RE.

 

 


Mais Résident Evil en plus d'être une simulation d'attaque de zombie et aussi un jeu d'exploration, vous devrez visiter et revisiter chaque pièce du manoir et de ses alentours pour trouver une sortie à cet enfer. Bien entendu il vous serra demander de trouver des clefs et autres objets pour avance toujours plus loin dans l'aventure. Votre personnage ne pouvant que porter un nombre limité d'objet dans son inventaire vous allez devoir faire encore et toujours trouver et aller dans des pièces qui font office pour la plupart de salle de sauvegarde pour déposer vos trésors dans une malle. Justement dans ce genre de salle l'on trouve une machine à écrire seul moyen de sauvegarder si l'on a sur soit du ruban encreur, ruban qui peut très vite venir à manquer, à vous de bien réfléchir avant de sauvegarder. Parfois aux grès de votre exploration vous tomberez sur diverses énigmes allant de l'activation d'interrupteur dans le bon ordre à l'obtention de diverses choses qui sont ici un prétexte à l'exploration plus profonde du manoir. Vous l'aurez compris le jeu est pensé de manière à vous faire explorer le plus possible et le plus intelligemment le manoir. Je dis bien intelligemment, car comme dis précédemment les ennemis sont nombreux, aiment vous surprendre et le jeu se montre assez avare en matériel, vous allez donc devoir apprendre par l'échec et chercher vous-même le meilleur itinéraire pour voir la fin de ce jeu.

 

 

resident-evil-playstation-ps1-016.jpg




Toi tu me vois peut être mais moi je t'entend.

 

 


D'un point de vue technique Resident Evil n'a pas vraiment à rougir, certes maintenant et avec du recul on comprend vite que les décors ont des allures d'images JPEG et que les personnages ressemble à une énorme bouillie de pixel, mais pour de la playstation 1 et seulement en 1996 le jeu est plutôt joli, on note déjà la présence de nombreux détails dans des décors assez variés (ruines, laboratoires, différentes pièces du manoir tous avec une identité propre...) un caractérise design accrocheur et des ennemis variés. L'ambiance sonore n'est pas non plus à jeter, car sa discrétion lui assure de mettre encore plus le joueur dans l'angoisse. La musique se fait rare, mais elle se montre efficace : calme dans les lieux de repos elle se montre énergique et stressante quand une créature débarque, de plus la présence de long silence viens renforcer l'impression d'être seul et enfermé.



 

L'avis de Soichiro_Damma:

 

 

 

17/20

 

 

 

Resident Evil est un jeu qui a de nombreuses qualités intrinsèque, tous d'abord il est un jeu qui sait se jouer de l'angoisse du joueur, mais il est aussi un jeu intelligent qui demande à celui qui veu en venir à bout pratique, curiosité, patience et un minimum débrouille. Il est aussi très beau et agréable à écouter. Les seuls choses que l'on peut vraiment lui reprocher reste la lenteur et l'imprécision dans son gameplay par le contrôle et le déplacement des personnages et sa faible durée de vie puisque qu'il est largement possible dans voir le bout en seulement une dizaine d'heures. Resident Evil en plus d'être le jeu qui rendît populaire le survival horror et un jeu qui mérite d'être au moins pratiqué une fois par tout joueur qui le respect d'autant qu'il a été mainte et mainte fois porté sur différents supports.

 

 

 

resident-evil-playstation-ps1-035.jpg

 

 

 

Intérêt rétro:

 

 

2/5

 

 

Les joueurs actuels auront surement beaucoup de mal à vraiment prendre peur dans ce qui ressemble de plus en plus à un tas de pixel et le gameplay semble de plus en plus lent avec le temps. De plus son remake Resident Evil Rebirth en reprend tous les fondements pour les améliorer : il est plus beau, plus long et plus maniable. En bref si vous souhaitez vraiment vivre cette aventure dans des conditions optimal je vous conseille de vous tourner vers le remake et non l'oeuvre original qui peu en rebuter certains.

 

 

 

resident-evil-playstation-ps1-046.jpg

 

 

 

   N'oubliez pas de vous abonner à notre flux rss, retrouvez nos vidéos sur  Dailymotion et vos commentaires sont toujours les bien venus.

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soichiro_damma 10/01/2011 13:10



Et moi je te remercie de me l'avoir fait découvrir.



batto 10/01/2011 11:55



Je ne compte plus le nombre d'heure passé sur ce jeu...je plussoie les notes au passage...



Soichiro_damma 07/01/2011 13:22



Alors là aucune idée.....



AdamasSamud 07/01/2011 09:04



Pourquoi quand tu parle de quelqu'un qui écoute du Francis Cabrel j'ai l'impression que tu parle de moi ? >.<